Laurent Baumel

Elu - Laurent BaumelDéputé, homme d’idées et d’action

 

Le tombeur d’Hervé Novelli s’appelle Laurent Baumel. Figure connue du PS, il a la particularité d’avoir à la fois des électeurs et des lecteurs. Le nouveau député d’Indre et Loire est passionné par le combat politique qui prend chez lui deux dimensions complémentaires : l’action locale et la réflexion intellectuelle.

 

De sa jeunesse militante à “Socialisme et République”, le courant de Jean-Pierre Chevènement et Didier Motchane, il garde un goût prononcé pour la discussion intellectuelle. Laurent Baumel a adhéré en 1987 au PS. Il est également alors membre de l’Unef-ID. Diplômé de l’École centrale de Lyon, de Sciences Po Paris et cadre de la Banque de France, il est aussi alors partisan du courant héritier du Ceres. Membre du Mouvement des citoyens (MDC), issu de la scission chevènementiste avec le PS, Laurent Baumel rejoint néanmoins le PS en 1995 en soutenant Lionel Jospin. Par la suite, sa réflexion le pousse à rejoindre Dominique Strauss-Kahn et le courant qu’il incarne. Il devient collaborateur de Pierre Moscovici entre 1997 et 2002.

Il est l’auteur de différents ouvrages, notamment avec son complice Laurent Bouvet – actuel directeur du Cevipof – et avec François Kalfon – conseiller régional d’Île de France. Avec le premier, il signe L’année zéro de la gauche en 2003.Avec le second, il signe un livre : l’Équation gagnante. Cet ouvrage est une réflexion sur la façon de coaguler un large électorat populaire autour d’un Parti socialiste qui a perdu ouvriers et employés pendant les années 1990 et 2000. Quelques semaines plus tard, il rassemble plusieurs chercheurs dans un ouvrage collectif intitulé Plaidoyer pour une gauche populaire, qui rassemble plusieurs chercheurs, de Laurent Bouvet à Christophe Guilluy en passant par Alain Mergier ou Philippe Guibert. Ce passionné d’idées n’est pas sectaire et revendique ses évolutions dont il prend le soin de théoriser chaque étape. Critique virulent, voire polémique, du “surmoi marxiste révolutionnaire “du PS, il est un de ceux qui poussent à la théorisation de son tournant “réformiste”.

 

Tombeur de Novelli

 

Mais son parcours est aussi électoral. Il devient maire en 2008. Commune de l’agglomération de Tours, Ballan-Miré n’est pas particulièrement à gauche. Il parvient néanmoins à la faire basculer. En 2012, il est élu député de la circonscription. Son opposant, Hervé Novelli, sortant, figure nationale de l’UDF puis de l’UMP, ancien cadre du Parti des forces nouvelles (PFN), le concurrent direct du FN dans les années 1970, subit une cuisante défaite. Pour la gauche locale, la victoire est belle. Pour Laurent Baumel, elle est une étape nouvelle.

Son parcours est complet : professionnel et militant, intellectuel et gestionnaire. Sa réflexion sur les classes populaires le pousse à s’intéresser à la stratégie politique que le PS doit mettre en place pour conquérir des secteurs sociaux et géographiques trop longtemps délaissés. Aujourd’hui député, Laurent Baumel participe aussi de la mouvance désignée sous le nom de “Gauche populaire”, large réseaux d’intellectuels, d’élus, de responsables qui ont à coeur de défendre une stratégie globale de (re)conquête des classes populaires. Son ami Laurent Bouvet le décrit comme un « élu de qualité préoccupé par le débat d’idées et depuis longtemps sensible aux préoccupations de la Gauche populaire dont il est un des piliers ». Voilà une figure qui aura bien des choses à dire pendant ce quinquennat…

Gaël Brustier