L’ARF attend des avancées significatives pour le transport ferroviaire

En juin 2014, la loi sur le transport ferroviaire doit être votée. Cependant, les régions ne sont pas complètement satisfaites du texte qui va être proposé. Les TER sont régionalisés depuis douze ans, leur succès est reconnu. Depuis 2011, l’ARF est très mobilisée sur la problématique. Après les états généraux du transport et les Assises du transport, elle réactualise son Manifeste des régions pour le renouveau du système ferroviaire.

Alain Rousset, président de l’ARF, souligne l’importance des transports dans le quotidien des Français et son implication sur les ressources des ménages : « Le coût du train sur le trajet domicile/lieu de travail est 3 à 4 fois moins cher que la voiture. Il varie entre 2 et 3 euros ». Jacques Auxiette, président de la commission infrastructures et transports de l’ARF et de la Région Pays de la Loire estime « urgent que la concurrence européenne soit inscrite dans la loi française ». Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, a présenté une étude sur le matériel roulant concernant la réalité de l’état des trains. « En 2018, l’ensemble du parc des TER aura moins de quinze ans pour 90 % des régions », précise-t-il.

Aujourd’hui, les régions s’acquittent des commandes mais la propriété reste celle de la SNCF. Dorénavant, elles veulent disposer du matériel et de sa gestion.

Julien Bossu

Cette brève est extraite de la newsletter n°157 du 16 mars 2014