L’AdCF appelle au débat sur les territoires

En 2017, l’Assemblée des Communautés de France, qui a accompagné la mise en place de l’intercommunalité (1), veut « expliquer et convaincre », a déclaré son président, Charles-Eric Lemaignen, à l’occasion de la cérémonie des vœux, le 25 janvier. « Les sujets territoriaux ne sont pas assez débattus », l’a conforté Estelle Grelier, secrétaire d’État en charge des collectivités territoriales. L’AdCF va s’adresser aux candidats à l’élection présidentielle, les interpellant notamment sur les finances – évolution des dotations, réformes fiscales et des valeurs locatives, relance de l’investissement ; sur le nouveau dialogue entre l’État et les collectivités territoriales, qui doit « déboucher sur un Pacte apportant de la lisibilité » ; sur la simplification – nombre de collectivités, normes, consolidation des réformes territoriales, expérimentations durables. « Nous ne sommes pas tous égaux, il faut laisser faire les choses de manière différenciée », insiste Loïc Cauret, président délégué, qui rappelle l’importance des communes nouvelles, qui « permettent d’organiser les compétences de proximité », tandis que les communautés se chargent de l’animation et la stratégie ainsi que des compétences partagées.

M. C.

(1) La France dispose d’une nouvelle carte intercommunale au 1er janvier 2017, qui compte 1 263 communautés (-39 % en un an). Les intercommunalités regroupent en moyenne trente communes et 45 000 habitants