La République de l’égalité des territoires, par Carole Delga

La République de l’égalité des territoiresEdito - Carole Delga

Le premier geste fort immédiate­ment envoyé aux collectivités lo­cales après l’élection de François Hollande a été la création d’un ministère à l’Égalité des terri­toires.

 

C’est une première dans l’histoire de notre République, qui symbolise la rupture avec les années de défiance en­vers les collectivités locales. Je veux voir dans l’égalité des territoires une vision imprégnée des valeurs qui font l’essence même du socialisme : permettre le déve­loppement de tous les territoires en fonc­tion de leurs besoins et capacités dans un esprit de solidarité et de fraternité. Cet objectif d’égalité des territoires doit per­mettre de déployer les actions équitables et différenciées en fonction du potentiel de chacun. Les territoires urbains et ru­raux doivent travailler en synergie et en complémentarité afin d’offrir à chaque citoyen la même possibilité d’accéder à l’emploi, aux services à la population, à l’énergie et à une utilisation raisonnée de nos terres.

Après la mise en concurrence des terri­toires et la fermeture des services publics selon une simple logique comptable, aujourd’hui nous voyons rouvrir des tribunaux, des gendarmeries, des ser­vices hospitaliers, notamment dans les territoires les plus durement touchés par l’application de la douloureuse RGPP. Le maillage territorial des services aux pu­blics, qui a fait la force et la fierté de notre pays, est en train peu à peu de reprendre de la vigueur. C’est un moyen de réinsuf­fler du lien social à une époque où le pay­sage politique est dangereusement ba­layé par les vents mauvais du populisme et du repli sur soi.

Les collectivités locales, et les communes en particulier, vont par ailleurs bénéficier de l’élan impulsé par le gouvernement en faveur de l’éducation. L’école est la porte d’entrée de la République, le pas­sage obligé où se forment les citoyens en devenir. Nous, collectivités, sommes amenées à jouer un rôle de premier plan dans cette politique ambitieuse qu’est la refondation de l’école. La réouverture de classes, l’arrivée de nouveaux profes­seurs, la participation aux activités péris­colaires : nous sommes les premiers ar­tisans de l’affirmation de la République par l’École.

Il ne faut pas pour autant nier les diffi­cultés ; nous avons hérité de finances publiques dans un état désastreux et l’heure est au redressement des comptes publics. L’action de la majorité est toute tournée à la reconquête de notre souve­raineté budgétaire. Nous devons réduire les déficits publics et les collectivités loca­les ne peuvent rester en marge de ce défi historique. Pour autant, les collectivités locales doivent essayer de maintenir un bon niveau d’investissement ; soutien in­dispensable à la croissance. Nous parti­ciperons à l’effort demandé avec d’autant plus de conviction que nous sommes de gauche et que nous mesurons plus que tout autre mouvement politique ce que signifie la responsabilité vis-à-vis des générations futures. L’État et les col­lectivités ne sont qu’une seule et même République ; c’est aussi cela, l’égalité des territoires !

Carole Delga,

secrétaire nationale du PS au logement et à l’égalité des territoires,

députée de Haute-Garonne,

maire de Martres-Tolosane