La réforme territoriale comme levier de la politique immobilière de l’État

Christian Eckert, secrétaire d’État chargé du Budget, a réuni le 5 juin, en présence du préfet coordonnateur de la réforme des services déconcentrés de l’État, les préfets de région, les secrétaires généraux aux affaires régionales, les directeurs régionaux des finances publiques et les responsables régionaux de la politique immobilière pour un séminaire de travail consacré à la politique immobilière de l’État dans la réforme territoriale.

La politique immobilière de l’État revêt une importance stratégique au moment où la carte territoriale et le maillage des services publics sont repensés. Le service France Domaine (direction générale des finances publiques) est mobilisé aux côtés des préfets préfigurateurs pour expertiser et mettre en œuvre des solutions immobilières opérationnelles, efficaces et économes, dans le calendrier devant mener à la création des nouvelles régions. L’impact potentiel sur les marchés immobiliers locaux fait l’objet d’une attention particulière. Le ministre a ainsi rappelé l’importance d’une bonne anticipation de la réforme et de la coopération entre tous les acteurs : services chargés de la stratégie immobilière, ministères occupants, opérateurs et collectivités locales, lorsqu’elles souhaitent s’associer à la démarche.

Il les a invités à réaliser un état des lieux précis du parc actuel et des besoins futurs à l’échelle régionale, par-delà l’organisation administrative spécifique des différents utilisateurs, en recourant aux nouveaux outils de diagnostic et d’aide à la décision mis à leur disposition par France Domaine, notamment les schémas directeurs immobiliers régionaux (SDIR). Il les a également encouragés à s’appuyer sur l’expertise de ce service pour concevoir des stratégies immobilières performantes et adaptées aux enjeux, respectueuses de la trajectoire des finances publiques. Pour Christian Eckert, «à l’heure où la carte des régions est redessinée, la mobilisation de tous nos services et de nos opérateurs est indispensable pour concevoir et mettre en œuvre une stratégie immobilière adaptée à la nouvelle présence de l’État dans les territoires. Cette réforme constitue une opportunité majeure pour accélérer la modernisation de la politique immobilière de l’État, la professionnalisation des acteurs, et la mutualisation de moyens, tout en contribuant à libérer du foncier mobilisable pour le logement ».

Cette brève est extraite de la lettre de Communes de France n°215 du 10 juin 2015

Abonnez-vous à Communes de France