Retour sur les actions et rassemblement lors de la journée internationale de luttes pour le droit des femmes

Les récentes mobilisations lors de la journée du 8 mars, journée internationale de luttes pour le droit des femmes, ont montré l'absolue nécessité d'aller plus loin dans le combat pour l'égalité des sexes. Le collectif féministe Nous Toutes a réaffirmé sa volonté d'obtenir un milliard d'euros dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, proposition reprise dans le programme d'Anne Hidalgo.

La convergence des objectifs du plus grand collectif féministe de France avec notre candidate socialiste n'est pas un hasard, elle résulte de la volonté d'intégrer tous les acteurs de la société civile, et pas seulement l'État, dans la transformation de notre société.

Le parti socialiste reconnaît depuis longtemps l'importance cruciale des associations de terrain, qui ont besoin du soutien financier de l'État pour développer leur action et collaborer à l'élaboration des politiques publiques.

Toutefois, il ne saurait être simplement question d'argent, ni pour Mme Hidalgo, ni pour les participantes à la lutte féministe. Les associations féministes mettent souvent en avant l'exemple espagnol : des dizaines de milliers de manifestants ont repris les slogans venant de l'autre côté des Pyrénées.

La lutte contre l'insécurité passe d'abord par une fermeté législative sans précédent à l'égard des individus se rendant coupable de violences sexistes. Elles ont rappelé la nécessité d'une prise en charge immédiate, d'un accompagnement durable et complet mais aussi d'une meilleure formation des policiers et des magistrats, en lien avec des assistantes sociales. Cette politique n'est pas ambitieuse, elle est absolument nécessaire pour continuer de faire progresser la société française.
 
L'engagement d'Anne Hidalgo de Réunir la France passe donc bien par ces associations qui se mobilisent le 8 mars, mais aussi et surtout toute l'année en faveur d'une société plus juste, qui garantit à la fois les droits individuels et la sécurité des Français tout en menant une politique à la fois sociale et socialiste.