Retour sur le Congrès de l’AMF

Le 103ème Congrès de l’Association des maires et des présidents d’intercommunalités de France avait lieu ces 16, 17 et 18 novembre dernier, sous la bannière “les maires en première ligne face aux crises”. Deux ans après la précédente édition, ce congrès était aussi l’occasion de rassembler la nouvelle génération de maires, élue lors du Covid-19, à cinq mois des élections présidentielles.

Dans cette édition particulière, plusieurs milliers de participants étaient attendus pour participer notamment au renouvellement des instances de l’association. Cette dernière a en effet vu son Président, François Baroin, annoncer sa volonté de transmettre le flambeau. Une liste paritaire, comme c’est la tradition à l’AMF (respectant l’équilibre droite-gauche), était conduite par David Lisnard, maire LR de cannes et André Laignel maire PS d’Issoudin. Une liste conduite par Philippe Laurent, maire UDI de Sceaux, soutenu pour sa part par des élus proches du gouvernement, s'y est opposée. La liste paritaire a finalement été qualifiée avec plus de 62% des voix.

La République en Marche reste absente de l’AMF, seulement représentée par Cécile Gallien, maire de Vorey, en Haute-Loire. L’exécutif comptait sur les résultats des élections municipales de 2020 pour s’ancrer au sein d’une association avec laquelle les désaccords, notamment institutionnels et fiscaux, sont nombreux. Néanmoins, les résultats de LREM sont venus abaisser ces ambitions.

L’élection de la liste David Lisnard - André Laignel est en tous cas gage de stabilité pour l’association. Cette lise plaide pour le renforcement des libertés et responsabilités locales, que la crise sanitaire est venue mettre en exergue. Elle assure veiller à ce que l’AMF conserve son statut de maison commune des 34 000 maires de l’association, avec comme marqueurs, pluralisme et indépendance. André Laignel conserve ses fonctions de premier vice président délégué et ajoute la nécessité d’un nouveau souffle donné à la décentralisation, qui doit relever d’une véritable vision politique pour la France. A la tête de l’AMF, les deux hommes vont continuer leur travail, entamé au sein de « Territoires unis », un collectif regroupant l’AMF, l’Assemblée des départements de France (ADF) et Régions de France (ARF).