Mobilisation des collectivités socialistes en faveur des Ukrainiens

La récente guerre en Ukraine et la tragédie humanitaire qui l'accompagne ont profondément touché les élus et militants socialistes, des métropoles aux petites communes. Ceux-ci ont mobilisé toutes les ressources à leur disposition dans un élan de solidarité pour réaffirmer leur attachement à la dignité humaine.

 

La Bretagne a, par exemple, avalisé la gratuité des transports interurbains pour les réfugiés de guerre, et ainsi permettre une circulation facilitée pour des familles qui ont très souvent laissé leurs biens derrière elles. Loïg Chesnais-Girard a annoncé un financement de 100 000€ de la part de la Région, nous rappelant que les élus socialistes s'engagent chaque jour en faveur du progrès social, et ne restent pas pantois face au recul des libertés en Europe.

 

Sophie Pantel, la présidente socialiste de la Lozère, a souligné son attachement à la souveraineté et à l'intégrité de l'Ukraine, et a mis en œuvre de nombreux dispositifs pour accueillir dignement les réfugiés Ukrainiens fuyant le conflit. La préfecture s'est également engagée dans le sens d'une facilitation des démarches administratives en faveur des Ukrainiens... Le département socialiste de l'Aude quant à lui, soutient et développe de multiples initiatives d'hébergement, venant d'associations et de particuliers, pour tenter de les coordonner tout en collaborant avec toutes celles et ceux qui souhaitent se mobiliser.

 

De même, le Conseil régional d’Occitanie a, sur l’initiative de sa présidente socialiste Carole Delga et du président du département de la Haute-Garonne Georges Méric, développé un large dispositif de soutien à destination de la Pologne. Les élus ont organisé un convoi de 16 véhicules pour traverser l’Europe avec à son bord 400 mètres cubes de dons et 44 participants, dont des élèves d’établissements de la région. Permis par la mobilisation de 80 collectivités, associations, entreprises ou structures partenaires, ce convoi est une preuve tangible de l’engagement des élus socialistes en faveur des ukrainiens réfugiés dans les pays limitrophes.

 

Enfin la Mairie de Paris s'est organisée dès la première semaine des combats, pour mettre en place un réseau avec le soutien de l'Etat, en apportant des solutions répondant à la fois à l'urgence et à la nécessité de trouver une solution durable. Ainsi, une cellule de veille psychologique a été rapidement créée, l'accès à une assistance sociale et sanitaire facilité. Enfin, Anne Hidalgo n'a pas hésité à contacter Eric Lejoindre, maire PS du 18ème arrondissement de Paris, pour mettre en place un lieu d'accueil unique dans la capitale, ouvert tous les jours, mais aussi en mobilisant deux gymnases, au nom de la solidarité entre les peuples. Tous les services médico-sociaux restent mobilisés pour accompagner au mieux les réfugiés ukrainiens dans leur exode.

 

Ainsi, toutes les collectivités socialistes se mobilisent en faveur des Ukrainiens martyrs d'un autocrate : elles nous rappellent que chacun peut agir, et que l'action publique ne se limite pas à celle du chef de l'État. Toutes les communes socialistes, rurales ou urbaines, se sont mobilisées à leur façon, au vu de l'urgence humanitaire et de l'obligation morale que ce défi représente, à la fois pour les Français mais aussi pour l'Europe.