Loi d'urgence : candidats élus et second tour

Parmi les nombreux bouleversements causés par le Coronavirus dans la vie de la Nation, il est évidemment le bouleversement complet du calendrier politique et électoral. Le confinement de la population ayant été décidé le 17 mars dans la foulée du premier tour, il est apparu très vite qu’il serait impossible d’organiser le second tour tel que prévu par le Code électoral, à savoir « le dimanche suivant le premier tour ». Le Président a donc annoncé que le second tour serait reporté, et ce report a été entériné par les parlementaires dans la loi d’urgence sanitaire votée le 23 mars. Elle prévoit plusieurs nouvelles dispositions bien que certaines restent à ce jour à préciser :


Il reste toutefois important de noter que bien qu’inscrites dans la loi, ces dispositions sont susceptibles d’évoluer avec la situation sanitaire exceptionnelle que traverse notre pays et la planète, car nul ne peut pour l’instant prévoir son issue.

Il est pourtant certain que les résultats électoraux, dans les villes où une liste a été élue dès le premier tour sont définitifs et ne sauraient être remis en cause par un éventuel nouveau report du second tour. Cependant, si le second tour est effectivement à nouveau reporté, il apparaît que le premier tour serait déclaré nul dans les communes de plus de 1000 habitants et l’ensemble du processus électoral serait à recommencer.


Cette situation est évidemment pleine d’incertitudes et la reprise de la vie démocratique de notre République devra être l’une des priorités absolues du gouvernement une fois que nous serons sortis de cette crise. Nous espérons que toutes ces incertitudes seront clarifiées dès que la situation sanitaire le permettra.