L'Édito de François Rebsamen

Chère amie, cher ami,

Dimanche 27 juin, s’est tenu le second tour des élections régionales et départementales. La première analyse que nous devons tirer de ce scrutin est partagée par l’ensemble de la classe politique : il s’agit du taux de participation, extrêmement bas. Avec environ 35%, il est le plus bas jamais enregistré. Cela doit nous interroger profondément sur le fonctionnement de la démocratie, et nous amener un nouer un nouveau pacte de confiance entre les citoyens et leurs élus. Au-delà des discours et des incantations, il est temps de passer à l’action. C’est enlevant ce brouillard de défiance ambiant que nous parviendrons à proposer aux Français une alternative au duel E. Macron - M. Le Pen l’an prochain.

Le second enseignement de ces élections est plus positif. Dans toutes les régions où ils étaient sortants, les candidats socialistes ont été largement réélus. Au lieu de la vague verte présagée par les observateurs, les électeurs ont majoritairement choisi de reconduire les majorités sortantes.
Pour cause, le bilan des socialistes en exercice dans les collectivités est très bon ! Au-delà des sortants, la gauche a réussi à s’imposer comme majoritaire à La Réunion et en Guyane ! Dans les départements, malgré quelques défaites, les socialistes ont réussi à ravir les Côtes d’Armor et la Charente à la droite.

Ces résultats montrent que le PS demeure la force de gauche la plus ancrée dans les territoires. Il est le pivot central du rassemblement, la force convergente autour de laquelle la victoire devient possible. Les élus socialistes sont le témoignage précis de la marche à suivre lors des prochaines échéances : ne pas s’auto-flageller, ne pas s’effacer, mais au contraire assumer fièrement nos convictions et notre ADN. L’année prochaine, les socialistes devront être en capacité de présenter une candidature forte, capable d’unir derrière elle l’ensemble de la gauche et des écologistes. C’est le seul chemin possible vers la victoire.

Les élus socialistes doivent prendre toute leur part dans cette dynamique. Dès aujourd’hui, mettons-nous au travail pour construire un socle de propositions en adéquation avec les besoins des territoires. Face à des extrêmes qui jouent sur les peurs ,qui salissent la politique, offrons une réelle alternative : une force de changement issue du terrain. A cet effet, je vous invite toutes et tous à participer aux travaux qui se tiendront lors du séminaire des élus à Blois, du25 au 27 août.

En attendant, je vous souhaite à toutes et tous de très bonnes vacances.

François REBSAMEN

Président de la FNESR