L'Édito de François Rebsamen

Chers élus, chers amis,

Je veux vous adresser mes encouragements pour traverser cette période difficile. A la fois comme élus et comme citoyens, vous êtes en 1ère ligne et vous ne manquez pas d’initiatives dans la lutte contre le virus. Je présente mes plus sincères condoléances à celles et ceux qui, parmi vous, ont perdu une personne qui leur était chère.

Face à cette situation inédite, face à cette pandémie qui touche le monde entier, une seule réponse existe : la solidarité. Avec les plus fragiles d'entre nous, avec les personnes âgées, isolées, porteuses de handicaps, malades. Avec ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir bénéficier de soins.

Au lendemain de cette crise, nous devrons, collectivement, repenser notre modèle de société. Le monde d’après devra être construit sur de nouvelles bases : l’écologie, la justice sociale, la démocratie, la transmission du capital culturel seront plus que jamais les grands piliers qui fondent notre idéal commun. Il nous appartient désormais de transformer cet idéal en réalité pour tous nos concitoyens. C’est la seule solution pour garantir à nos enfants un avenir viable.

Des initiatives très intéressantes sont prises dans des collectivités à majorité socialiste, que vous pourrez découvrir dans cette lettre. Mais aussi, aujourd'hui même dans le JDD, 19 Présidents de Départements demandent la mise en place d'un revenu de base pour lutter contre la précarité de nombreux de nos concitoyens. Cette allocation, dégressive en fonction des revenus, serait un rempart efficace contre les dégâts sociaux causés par la crise du Covid-19. Je vous invite à retrouver leur tribune ici.

Si notre pays n’est pas suffisamment armé dans la guerre sanitaire, nous devons empêcher que ce schéma se reproduise. Nos soldats, ici, ce sont les personnels soignants, les caissiers, les chauffeurs de bus, les éboueurs, les policiers, et tant d’autres : les « premiers de cordée ». Tous ceux-là vont travailler, de jour comme de nuit, sans les armes adéquates, face au virus. Au nom de tous les élus socialistes et républicains, je veux leur adresser nos remerciements. Tenez bon. Demain, il faudra que ceux qui ont tenu notre pays soient récompensés de manière juste. Je compte sur le gouvernement pour ne pas manquer à cela.

Chers amis, chers élus, chers camarades, prenez soin de vous et de vos proches.

Nous arriverons, petit à petit, au bout du tunnel. Nous pourrons, bientôt, nous retrouver.

François Rebsamen

Président de la FNESR