La mairie du 13e arrondissement de Paris érige un mémorial en hommage aux victimes de féminicide

Chaque année en France, environ 220 000 femmes subissent des violences conjugales et 93 000 sont victimes de viol ou de tentative de viol. Depuis le début de l'année, 48 ont quant à elles succombé sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon. Les violences faites aux femmes demeurent un combat culturel et politique majeur en France.

Aussi, la mairie du 13e arrondissement de Paris a choisi de prendre un acte symbolique fort afin que ces morts ne soient jamais oubliées. Un mémorial sera érigé en hommage aux victimes. Une initiative qui fait écho aux mobilisations féministes notamment celle des “colleuses” qui s’emploient depuis des années à rendre cette cause visible à travers les lieux publics et les rues de Paris. En janvier dernier, le collectif des colleuses avait érigé un premier mémorial éphémère rue Bouvier, dans le 11e arrondissement où se retrouvaient inscrits en grandes lettres noires 111 noms de femmes tuées en 2020 : Sarah, Virginie, Grâce, Mathilde, Claudette… .

Le mémorial en question devrait trouver sa place près de la place dite de la "Bergère d'Ivry", où, en 1827, fut assassinée une jeune femme, poignardée sous un prétexte "passionnel". Un cas de féminicide historique qui explique le choix symbolique de ce lieu.

Ce vœu de tous les groupes de la majorité parisienne porté par le maire socialiste du 13e arrondissement Jérôme Coumet au Conseil de Paris a été adopté le 1er juin dernier : “Nous souhaitons qu'un lieu à Paris leur soit dédié. Un lieu qui nous permette de nous rassembler, de nous recueillir, de crier aussi notre indignation, un lieu symbolique pour leur rendre hommage, un lieu pour briser le silence” a-t-il plaidé.