Communiqué de presse éducation

Suite aux débats du Bureau National de la FNESR le 10 juin, François Rebsamen a publié le 11 juin le communiqué suivant :

La situation scolaire : Les élus socialistes et républicains inquiets d’une situation scolaire de plus en plus alarmante, demandent le retour au principe des élèves en classe

Ne tenant pas compte des remarques des associations d’élus, le gouvernement a fait le choix d’imposer dans les écoles un protocole sanitaire contraignant additionné à une communication alarmiste. Censé rassurer et protéger, ce protocole inquiète et freine plus qu’il n’incite à la reprise de la scolarité.  

Les maires, les conseils départementaux et régionaux se sont fortement mobilisés pour permettre la réouverture progressive des écoles primaires, des collèges et des lycées malgré la complexité et les contraintes du protocole sanitaire. Depuis le 12 mai, et plus encore avec l’élargissement des ouvertures des établissements début juin, nous constatons à regret une forte disparité d’occupation des classes. La situation est paradoxale entre des écoles presque vides dans certains quartiers, souvent les moins favorisés, et d’autres pour lesquelles la stricte application du protocole fait obstacle à l’accueil des enfants.

Élus républicains et laïcs, nous trouvons tout à fait insupportable l’incapacité du système éducatif d’accueillir des enfants malgré le souhait des parents. Cette rupture éducative fait craindre une accélération des crises économiques et sociales déjà présentes.

Par ailleurs, les collectivités sont aujourd’hui confrontées à une demande de l’Éducation nationale d’organiser le dispositif 2S-2C sur le temps scolaire pour les élèves ne pouvant être pris en charge par les enseignants. Ce dispositif ne bénéficie pas d’un accompagnement financier suffisant, mais surtout il doit rester une exception.

La Fédération nationale des élus socialistes et républicains souhaite rappeler un principe fondamental de notre pacte républicain : l’école demeure obligatoire. Sans ce principe c’est tout le système éducatif et social de notre pays qui s’effondre.

Dans ce contexte nous demandons instamment au gouvernement de revenir sur le principe de «volontariat» et de rétablir le principe de l’enseignement en classe pour tous. Pour ce faire, nous insistons sur l’importance d’alléger fortement le protocole sanitaire en mettant en place la souplesse nécessaire pour accueillir l’ensemble des élèves dans nos classes dans le respect des gestes barrières.


François REBSAMEN

Président de la FNESR

Maire de Dijon- Président de Dijon-Métropole

Ancien Ministre