Annulation de l’élection de Lamia El Aaraje : réactions des élus socialistes à un problème démocratique majeur 

L'élection en juin 2021 de Lamia El Aaraje, députée PS de Paris, a été annulée vendredi 28 janvier par le Conseil constitutionnel. En cause : la présence au premier tour d'un candidat ayant frauduleusement affiché le soutien de LREM sur son bulletin.

Les "manœuvres frauduleuses" de Jean-Damien de Sinzogan, qui s'était renommé "Jean de Bourbon" et avait affiché le soutien de La République En Marche alors qu'il ne bénéficiait pas de l'investiture du parti présidentiel, "ont eu pour effet de porter atteinte à la sincérité du scrutin" selon les Sages.

Mardi 1er février, le Parti socialiste a réuni la presse dans la 15e circonscription de Paris. "On ne peut pas laisser des aventuriers dénaturer des scrutins de la République française", s'est indignée Valérie Rabault. Pour la présidente du groupe Socialistes et apparentés à l'Assemblée Nationale, l'annulation de l'élection de Lamia El Aaraje risque même"donner un mode d'emploi à tous ceux qui voudraient magouiller lors d'une élection". 

Selon Lamia El Aaraje, « cette décision du conseil constitutionnel permettra à toute personne se présentant sous une fausse étiquette politique d’entacher la sincérité d’un scrutin et de mettre en cause des candidats qui ne sont liés ni de près ni de loin à de telles « manœuvres frauduleuses ». 

Le groupe socialiste a l’Assemblée Nationale et au Sénat ont déposé une proposition de loi qui prévoit d'interdire la présentation de bulletins de vote avec le prétendu soutien d'un parti sans son autorisation. Le parti qui investit le candidat pourrait ainsi lui délivrer un agrément dans la perspective de la commission de propagande, qui valide les candidatures à une élection.