Kevin Bodé

EluKevinBodeUn investissement politique précoce

 

Kévin Bodé est adjoint au maire d’Alençon, délégué à la démocratie locale et à la politique de la ville.

Kévin Bodé est issu d’une famille de  fonctionnaires,  marquée  à gauche.  L’un  de  ses  grand-père était  colistier  de  Pierre  Mauger, maire d’Alençon de 1977 à 1989. Il  évoque  son  premier  souvenir  politique comme  étant  le  deuxième  tour  de  l’élection présidentielle de 2002, avec Chirac et Le Pen : « À l’époque, ça ne me parlait pas mais  je  me  souviens  de  la  tête  de  mon père quand les deux visages sont apparus à la télé. Je me suis dit : il se passe quelque chose, qu’est-ce que c’est ? J’ai commencé à m’intéresser, à poser des questions autour de moi ».  Ensuite,  il  commence  à  se  faire remarquer,  médiatiquement  et  politiquement,  en  devenant  le  leader  de  la  lutte anti-CPE.  Au  printemps  2006,  il  est  élève en  terminale  sciences  médico-sociales. C’est avec conviction qu’il mène ses camarades de lycée à se mobiliser contre la loi sur  les  contrats  à  la  première  embauche. C’est pour lui un moyen de faire ses armes en tant que militant. À la même époque, il se rapproche du MJS et en devient militant.

 

Il est à bonne école pour apprendre les rudiments,  porte  à  porte,  collage  d’affiches, distribution de tracts. « C’est une école de la vie formidable. Il faut convaincre. Et pour convaincre, il faut rencontrer les gens. C’est ce que je préfère, le contact. D’ailleurs s’il n’y avait pas le porte à porte, je me demande si je serais encore militant aujourd’hui ».

 

La rencontre idéale.

 

Il  participe  à  une  pétition  contre  la  loi  de prévention de la délinquance. Cette dernière lui vaut d’être repéré par le futur maire PS d’Alençon, Joaquim Pueyo. Il décide de le  prendre  sous  son  aile  et  de  l’intégrer  à son  équipe  pour  les  élections  législatives de 2007. Kévin Bodé devient son directeur de campagne. Malheureusement, Joaquim Pueyo ne sera pas élu. Mais cette aventure donne un espoir important de ravir la maison  communale  lors  des  municipales  de 2008,  le  candidat  socialiste  ayant  obtenu 55 % des voix à Alençon. Avec une alliance de  patience  et  de  motivation,  la  liste  socialiste  prend  la  mairie.  Joaquim  Pueyo fait  de  lui  son  quatrième  adjoint  délégué à la démocratie locale et à la politique de la  ville.  Il  est  très  impliqué  dans  la  mise en place de processus de démocratie participative, conseil des sages ou de jeunes.

En  parallèle,  il  continue  son  parcours  au sein  du  MJS  et  en  devient  le  coordinateur pour  la  Basse-Normandie.  En  2008,  il  est même  élu  “Alençonnais  de  l’année”  lors d’un concours. Son ascension au sein de la ville est saluée par 503 des 1 273 votants. Il arrive devant Joaquim Pueyo, le député-maire de la ville. Ce  jeune  homme  de  conviction  est  en phase avec les réalités que connaît la jeunesse :  « Dans  mon  bureau  de  vote  lors des dernières élections cantonales, j’ai dû voir au maximum 10 jeunes de moins de trente ans. La politique ne les intéresse pas. Ce qui les préoccupe : trouver du boulot ».

Kévin  Bodé  est  un  défenseur  du  mariage pour tous. Il n’a pas hésité à se faire soutien de la proposition 31 lors de la campagne  présidentielle  de  François  Hollande  : « Je marierai tous les couples sans discrimination. La France est en retard sur la question. Les autres pays européens, comme les Pays-Bas, la Belgique, l’Espagne ou encore le Portugal ont déjà pris des mesures en faveur du mariage homosexuel. Il est essentiel que ce droit au mariage soit reconnu dans notre société. C’est une urgence afin de mettre fin aux distinctions et aux discriminations »

Julien Bossu