Jean-Daniel Chaoui

Elu - Jean-Daniel ChaouiUne vie au service des français de l’étranger

 

Jean-Daniel Chaoui, président de l’Union des élus socialistes et républicains de l’étranger, et conseiller élu à l’AFE depuis 2009, est représentatif de ce que sont les Français de l’étranger.

 

Les  représentants  des  Français  de l’étranger  sont  répartis  au  sein de  trois  catégories.  Le  conseiller des  Français  de  l’étranger,  c’est  le conseiller  à  la  base  de  la  démocratie outre-frontières. Il peut être comparé au  conseiller  général  métropolitain.  Ces conseillers  des  Français  de  l’étranger  ont émis des doléances pour la mise en place d’une réforme qui leur permettraient d’accroître leur pouvoir exécutif. Ils demandent de pouvoir s’administrer, et ainsi se couper de  la  tutelle  parfois  trop  contraignante du  ministère  des  Affaires  étrangères.  Ils souhaitent  surtout  être  élus  au  suffrage universel.  Depuis  les  dernières  élections législatives, les Français de l’étranger sont également  représentés  par  onze  députés. La  gauche  a  remporté  huit  des  onze  sièges  à  l’Assemblée  nationale,  sept  d’entre eux sont socialistes, le 8e est un écologiste. Les derniers représentants sont les douze sénateurs des Français de l’étranger, dont trois  socialistes  et  un  écologiste.  Il  est  de coutume de parler de groupe de gauche et pas uniquement de parti. C’est en effet plus pour  une  tendance  que  les  Français  de l’étranger  votent.  Tout  ceci  est  chapeauté par l’Association des français de l’étranger, dont  le  président  de  droit  est  Laurent  Fabius, ministre des Affaires étrangères.

 

Vivre la France à l’étranger.

 

Son  parcours  professionnel  dans  l’enseignement  a  conduit  Jean-Daniel  Chaoui, rochefortais  d’origine,  à  sillonner  l’Afrique de l’Ouest et l’Océan indien. D’abord, jeune professeur de français au Malawi, de 1973 à 1978 en Éthiopie, et jusqu’en 1983 à Djibouti.  Puis,  c’est  en  prenant  les  fonctions de  délégué  général  adjoint  des  Alliances françaises de Madagascar de 1988 à 1993 qu’il migre vers cette île. De 1997 à 2003, il s’installe au Gabon où il devient attaché de coopération en tant qu’enseignant dans les écoles  conventionnées.  Et  enfin  en  2003, Madagascar l’appelle de nouveau. Il s’y installe pour prendre sa retraite et s’investir à temps  plein  dans  ses  engagements.

Ses convictions,  il  les  développe  tôt  et  elles  ne le quitteront jamais durant toute sa vie professionnelle.  Après,  avoir  été  responsable syndical de longues années, il s’engage au PS dès 1981 et la victoire de François Mitterrand  puis  auprès  de  Lionel  Jospin  à  la fédération du PS des Français de l’étranger, dont  il  intègre  le  bureau  fédéral  en  2000 alors  qu’il  est  vice-président  de  la  section du  Gabon  de  Français  du  Monde-ADFE (Association démocratique des Français de l’étranger) et secrétaire de la section PS. Il restera au bureau fédéral jusqu’en 2010. JeanDaniel Chaoui est actuellement conseiller à l’Assemblée des Français de l’étranger pour la circonscription de l’Océan Indien (Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles). Il est à la tête de la section locale de Madagascar qui compte une cinquantaine de membres.

Depuis deux ans, il est également le président de l’Union des élus socialistes et républicains de l’étranger. Créée il y a cinq ans, elle a pour but de rassembler les élus partageant les idées de la gauche. Ainsi, ils peuvent partager et réfléchir à l’amélioration du quotidien  des  Français  de  l’étranger.  JeanDaniel  Chaoui  est  candidat  malheureux aux dernières élections législatives dans la dixième  circonscription  des  Français  établis hors de France. « Cette défaite, je la dois au Maghreb, encore trop marqué à droite. Cela s’est joué à 1 288 voix, qui ont profité à Alain Marsaud, le juge parachuté », admet-il amèrement.

Jean-Daniel  Chaoui  possède  le  parcours type du Français qui s’installe à l’étranger. Comme la grande majorité de ses compatriotes, ils ne sont pas des expatriés, mais ils ont fait le choix de partir pour diverses raisons.  Ce  sont  des  résidents,  des  binationaux,  ayant  effectué  un  choix  de  vie, mais sans jamais couper les ponts avec la France

Julien Bossu