Impôts locaux : l’APVF dénonce la campagne de dénigrement

L’Association des petites villes de France, présidée par Olivier Dussopt, député de l’Ardèche et maire d’Annonay, constate « comme chaque année, alors que les contribuables reçoivent leurs avis d’imposition, l’orchestration d’une campagne médiatique dénigrant la gestion locale et généralisant des cas isolés de communes ayant pratiqué de fortes hausses d’impôts locaux ». L’APVF rappelle que, depuis trois ans, les taux des impôts locaux du bloc local sont quasiment stables. Pour 2016, la progression sera environ d’1 %, après une hausse de 1.2 % en 2015. Les élus de petites villes sont majoritairement engagés dans une pause fiscale tout en faisant face à la baisse des dotations. Si quelques communes ont fait le choix d’une forte hausse de leurs taux, ces situations demeurent des cas isolés.

De ce fait, l’APVF dit stop aux discours excessifs généralisant quelques exemples ciblés et critiquant à tort la gestion locale des élus. De plus, elle souligne les efforts réalisés dans les petites villes pour réduire et rationaliser autant que possible la dépense publique tout en préservant les équipements et les services publics. En outre, « face à cette campagne de dénigrement, qui malheureusement devient habituelle chaque année au cours de cette période », l’APVF demande que l’ensemble des acteurs médiatiques et politiques rappellent le rôle premier des impôts locaux, c’est-à-dire le financement des services publics indispensables à la population et des investissements pour moderniser les infrastructures et soutenir l’économie locale et l’emploi.