Henri Dreyfus

Elu - Henri Dreyfus

Un biologiste en politique

 

Conseiller général du Bas-Rhin, Henri Dreyfus est vice-président de la Communauté urbaine et conseiller municipal de Strasbourg.

Henri  Dreyfus  est  neuro-biologiste  de  formation.  Il  a été  directeur  de  recherches dans différents laboratoires de  recherche  comme  ceux de  l’Inserm,  du  CNRS  ou  des  Hôpitaux universitaires de Strasbourg. Il est président de la société de biologie de la ville. Il encourage une valorisation du transfert des  technologies  de  la  recherche  dans des  applications  utiles  au  plus  grand nombre.  En  parallèle,  Henri  Dreyfus  a toujours  eu  un  engagement  politique.

 

Il  adhère  au  PS  au  milieu  des  années 1970. Il s’est toujours investi dans la vie de  son  quartier.  C’est  un  militant  impliqué, présent aux réunions de section et participant  aux  actions  militantes  dans les périodes électorales. Vu son engagement  professionnel,  il  ne  participe  pas aux élections municipales de 1989. Pour celles de 1995, il figure volontairement à une place non éligible. En 2001, il est colistier  à  une  place  éligible,  mais  c’est  la droite qui remporte l’élection.2001 est aussi une année d’élections cantonales. Henri Dreyfus se lance en campagne dans le canton de Strasbourg III, tenu depuis 25 ans par le même élu de droite.

Il base sa campagne sur la proximité, au sens propre, qui le met en lien direct avec ses électeurs dans ce quartier qui lui est cher, puisque c’est celui où il vit. C’est une première victoire, mais la joie est de courte durée. Malgré ses 12 voix d’avance, son adversaire conteste la victoire et entame un recours devant le tribunal administratif qui annule les résultats. Henri Dreyfus engage  un  recours  auprès  du  Conseil d’État  qui  confirme  la  décision.  En  septembre 2002, de nouvelles élections sont organisées  et  il  l’emporte  avec  55 %  des suffrages. En 2008, il est réélu avec 70 % des  voix.  Henri  Dreyfus  est  également président  de  l’Union  des  élus  socialistes et républicains du Bas-Rhin.

 

Emploi et logement.

 

Naturellement,  il  est  convié  à  se  trouver sur  liste  de  Roland  Ries  pour  les  élections municipales  de  2008.  Dans  cette  équipe, Henri  Dreyfus  s’occupe  de  l’insertion  professionnelle et  des  personnes  âgées.  Au sein  de  La  Communauté  urbaine  (CUS),  il occupe  le  poste  de  vice-président,  également chargé des questions d’emploi. Début 2013,  il  devient  délégué  à  la  politique  de l’habitat :  « De  2009  à  2015,  notre  objectif est  de  3 000 logements/an,  dont  la  moitié de  logements  sociaux,  objectif  que  nous allons  atteindre,  voire  dépasser ».  Proche des  habitants,  il  connaît  leurs  difficultés, notamment en matière d’emploi : « Nous sommes  actifs  dans  l’insertion  professionnelle,  avec  une  mission  locale  pour l’emploi qui s’efforce de trouver du travail aux jeunes des quartiers sensibles ». Près de  300  contrats  d’avenir  ont  déjà  été  signés  par  la  Mission  locale  pour  l’emploi de Strasbourg, 50 pour la CUS et 20 pour le Conseil général et 12 pour la CAF. « Fin 2013,  notre  objectif  sera  d’en  avoir  signé 600. Il faut axer l’insertion professionnelle sur  la  formation  et  encourager  les  expériences qui fonctionnent à l’image des relais chantiers », ajoute-t-il. La problématique des transports est aussi au centre de ses préoccupations. Strasbourg se voyant attribuer  la  qualité  de  métropole  européenne, une expansion du tramway jusqu’à Kehl, en Allemagne, est en projet afin d’améliorer  la  collaboration  transfrontalière. « Je suis partant pour les prochaines élections. Il faut une fois de plus faire face au FN qui progresse fortement en Alsace et à la droite qui se remobilise », conclut Henri Dreyfus.

Julien Bossu