Grandes villes : signature avec l’Etat d’une convention pour lutter contre les dérives radicales violentes

François Rebsamen, maire de Dijon, président du Grand Dijon et co-président de la commission sécurité de France Urbaine, a rencontré, avec une délégation de l’association, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, pour une réunion place Beauvau. Celle-ci portait sur les questions de sécurité et de lutte contre la radicalisation dans les grandes villes et agglomérations. A l’image de la convention signée avec l’AMF il y a un mois et demi, les maires des grandes villes et agglomérations de France ont conclu une convention de partenariat pour lutter contre les dérives radicales violentes qui menacent les personnes et la vie commune. Elle fixe les objectifs en matière de formation des élus et des agents des collectivités, de renforcement des capacités de détection et de prise en charge des cas de radicalisation. Elle prévoit également la mobilisation par France urbaine de ses relais territoriaux. La coopération entre l’Etat et les territoires dans la lutte contre la délinquance en général et la radicalisation est renforcée grâce à cet accord. C’est d’ailleurs une demande des élus d’être pleinement associés aux orientations nationales de la lutte contre la radicalisation. La menace terroriste nécessite une action coordonnée et responsable. En signant cette convention, les maires des grandes villes et les présidents des métropoles et des grandes agglomérations prendront pleinement leur part dans la mobilisation générale au service des valeurs de la République. Le ministre de l’Intérieur s’est montré favorable à un accès des policiers municipaux au système d’immatriculation des véhicules (SIV). C’est une ancienne revendication ; aujourd’hui, Ils sont obligés de demander les informations à la police nationale ou à la gendarmerie.

J. B.