France-Luxembourg : une frontière qui relie

La Commission intergouvernementale franco-luxembourgeoise pour le renforcement de la coopération transfrontalière s’est réunie le 26 mai dernier, sous la présidence conjointe d’Harlem Désir, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, et de Corinne Cahen, ministre à la Grande Région du Grand-Duché de Luxembourg. Les deux ministres ont marqué leur volonté d’intensifier la coopération transfrontalière. Ils se sont engagés à améliorer le quotidien des habitants frontaliers et à contribuer au développement économique de cet espace transfrontalier afin d’en faire un pôle de croissance, d’innovation, de compétitivité et de création d’emplois. Les ministres ont mis en avant l’aménagement du site d’Alzette/Belval, projet d’aménagement économique et urbain emblématique de la coopération transfrontalière franco-luxembourgeoise.

La coopération se fait également sur la formation professionnelle. Il sera possible de suivre la partie théorique d’un enseignement d’un côté de la frontière et la partie pratique au sein d’une entreprise de l’autre côté. Une partie de l’Université du Luxembourg va déménager à la rentrée 2015 : elle sera à cheval sur les deux pays et ses partenariats avec les Universités de Nancy et de Metz seront renforcés.

Des progrès sont aussi réalisés dans le développement des infrastructures de transports ferroviaires et routières, notamment en matière de transport durable : chaque jour, 87 000 Français passent la frontière pour se rendre dans le Grand-Duché. Cette commission intergouvernementale s’est conclue par la signature de trois accords de coopération dans les domaines de la sécurité civile et des secours (protection civile, service d’incendie et de secours), de la formation éducative, universitaire et scientifique et de l’apprentissage transfrontalier.

Julien Bossu

Cette brève est extraite de la lettre de Communes de France n°214 du 2 juin 2015

Abonnez-vous à Communes de France