Faire confiance à l’intelligence territoriale, par Yves Krattinger

Edito - Yves Krattinger

C’est une promesse de François Hollande, attendue par les élus locaux devant lesquels il s’était engagé, lors des États généraux de la démocratie territoriale tenus au Sénat à l’automne 2012, à établir un pacte de confiance avec les territoires fondé sur quatre principes fondamentaux : la confiance, la clarté, la cohérence et la démocratie. Le nouvel acte de décentralisation doit être le moteur qui relancera la marche en avant de tous les territoires.

 

La réforme se décline en trois volets distincts. Le premier organise l’intervention des collectivités pour adapter leurs compétences à la diversité des territoires et crée des métropoles d’envergure européenne et internationale. Le deuxième consacre les régions et les départements comme chefs de file dans leurs missions respectives. À la région, le développement économique et l’emploi et au département la responsabilité d’assurer les solidarités sociales et territoriales. Enfin, le troisième volet renforce la démocratie locale.

L’objectif poursuivi est d’améliorer la lisibilité de l’action de chaque collectivité pour la rendre plus efficace et plus juste. La rendre plus claire permettra de réaliser des économies tout en garantissant des services de qualité qui répondront mieux aux besoins et attentes de l’ensemble de nos concitoyens. Priorité est donnée à la croissance, la compétitivité et l’emploi tout en protégeant les solidarités. La réforme devra s’attacher à garantir à chaque niveau de collectivités les moyens d’agir en fonction de leurs besoins et selon leurs spécificités territoriales qui font la diversité et la richesse de la France.

Dans un contexte économique et social difficile que subissent notre pays et nos concitoyens, l’action publique doit retrouver tout son sens pour renforcer les services publics et aux publics, les rendre plus proches, plus efficaces et moins coûteux.

Elle doit permettre aux élus d’animer et organiser des territoires de projets, d’initiatives, capables de s’emparer de leur destin. Ils seront un vivier d’inventivité, de créativité, d’énergie.

La réforme doit prévoir les outils nécessaires pour exploiter tout leur potentiel et rendre nos territoires attractifs et dynamiques. Pour cela, il faut confier aux collectivités plus de responsabilités et faire confiance à l’intelligence territoriale.

Yves Krattinger, sénateur et président du Conseil général de la Haute-Saône, membre du bureau national de la FNESR