« Etats généraux des socialistes: la contribution des élus est essentielle »

BachelayLors de l’Université d’été de La Rochelle, Jean-Christophe Cambadélis a lancé les États généraux des socialistes pour redé­finir ensemble la carte d’identité du Parti socialiste dans un contexte inédit.

Notre époque marque l’entrée dans un monde nouveau. Chacun le mesure : les défis sont à la fois technologiques et scientifiques, climatiques et environ­nementaux, économiques et sociaux, géopolitiques et territoriaux. À toutes les échelles, du local au global.

En France et en Europe, socialistes et sociaux-démocrates doivent mener la bataille des idées alors que face à la dynamique de l’égalité, moteur de la gauche, ciment de la République, se dé­ploie désormais la thématique de l’iden­tité. À nous d’affirmer que nos valeurs socialistes – liberté, égalité, fraternité, laï­cité, justice, responsabilité, internationa­lisme – n’ont jamais été si actuelles dans un monde aux dimensions et aux don­nées à tant d’égards nouvelles, monde qu’il faut rendre lisible pour l’orienter dans le sens de notre idéal.

Enfin, comme le Premier secrétaire y insiste de longue date, dans le paysage politique désormais structuré par le tri­partisme, face au thatchérisme des libé­raux-conservateurs et au national-popu­lisme de l’extrême droite, nous devons porter avec force la volonté d’un nouveau progressisme.

C’est pour tout cela que nous avons voulu les États généraux : pour définir le socia­lisme du XXIe siècle. La démarche retenue est innovante et participative. Du ques­tionnement initial jusqu’à l’élaboration d’une charte finale, les socialistes, dans les sections et les fédérations, sont invi­tés à contribuer à la réflexion collective, à travers notamment le site internet www. etats-generaux-des-socialistes.fr. Un co­mité national de pilotage a été mis en place, auquel participe Pierre Cohen, pré­sident de la FNESR.

Le coeur des territoires bat au rythme du monde, en lien direct, quotidien, concret, avec nos concitoyens. Les élus socialistes sont porteurs d’innovations et de réalisa­tions. C’est pourquoi leurs analyses, leur expérience et leurs propositions, en un mot leur participation, sont essentielles aux États généraux. À chacune et à cha­cun, bons débats et bon travaux.

Guillaume Bachelay, secrétaire national du Parti socialiste à la coordination et aux études, député de Seine-Maritime

Cet éditorial est extrait de la lettre des élus socialistes et républicains n°179 du 21 septembre 2014

Abonnez-vous à Communes de France