Editorial, par François Rebsamen

Amplifions la mobilisation !

Comme vous tous, j’ai pu lire dans la presse locale comme nationale les critiques acerbes dont notre Parti a fait l’objet au lendemain du 1er tour des primaires citoyennes.

Le Parti socialiste, ce sont des élus, partout en France. Des milliers de conseillers municipaux, conseillers départementaux et régionaux qui portent haut le service rendu à nos concitoyens, dans le respect de leurs valeurs. Des milliers d’élus qui écoutent, conseillent, orientent, bâtissent, façonnent le vivre-ensemble, s’attellent à construire l’avenir de leurs territoires, pour leur permettre de répondre aux grands enjeux qui s’imposent à notre pays. Des élus qui innovent, qui expérimentent, qui expliquent à leurs concitoyens que la transition numérique, le vieillissement de la population, la mutation écologique de nos pratiques, ce ne sont pas que des discours nationaux, mais que les territoires doivent aussi y prendre toute leur part. Des élus qui, jour après jour, portent le progrès social et luttent contre les conservatismes, contre les reculs que portent la droite et l’extrême droite.

Le Parti socialiste, ce sont des militants qui dimanche dernier ont bravé le froid et des conditions météorologiques parfois difficiles, pour ouvrir des bureaux de vote sur tous les territoires, souvent à plusieurs dizaines de kilomètres de leurs domiciles, dans nos villes comme dans les communes les plus rurales, se relayant pour pouvoir eux-mêmes aller voter, convergeant vers les fédérations pour faire enregistrer leurs résultats et déposer leurs matériels de vote. Des militants qui, modestement, sincèrement, ont porté ce processus des primaires, pour que des débats aient lieu, pour que la démocratie respire, que l’avenir et le progrès se réfléchissent avec les Françaises et les Français qui croient en la capacité de la gauche à faire bouger les lignes. Des militants qui n’ont jamais perdu de vue qu’après les débats légitimes viendrait le temps du rassemblement nécessaire.

C’est à eux que je pense, quand je vois notre Parti attaqué. À eux, comme à ceux dont nous portons l’héritage.

Dimanche prochain, au second tour des primaires citoyennes, la mobilisation doit s’amplifier, seule garantie de donner à notre candidat la légitimité et l’élan nécessaires pour remporter cette élection présidentielle, et préserver notre pays des violents reculs que nous promettent les candidats de droite et d’extrême droite.

François Rebsamen, président de la FNESR.