Deuil national : réaction de François Rebsamen face aux provocations

François Rebsamen « Alors que s’achèvent les trois jours de deuil national proclamés par le Président de la République, je veux, en tant que président de la FNESR, saluer la dignité des rassemblements et des hommages organisés dans toutes les communes de France. Ce temps du recueillement est une nécessité, il honore ceux qui y ont participé et dont le regroupement sur les places publiques donne un sens collectif à la fraternité et à la compassion.
Mais comment ne pas être attristé par l’absence de respect du deuil de quelques individus, groupes, où personnalités publiques qui ont eu le mauvais goût de considérer que l’attentat de Nice pouvait être une tribune politique ?
Je ne peux comprendre les prises de parole de ceux qui n’arrivent pas à faire la différence entre le temps de la campagne politique et le temps du recueillement. Il n’existe aucune dérogation quand notre patrie est touchée, c’est le respect et l’unité qui s’imposent. Par leurs provocations, c’est la République qu’ils déshonorent.
S’unir en de pareilles circonstances c’est se dépasser dans les valeurs de la République. Le deuil national exige le respect de la Nation et son soutien aux victimes et aux familles qui ont été frappées par ce lâche attentat. »