« Défendre ensemble notre action », par Bruno Le Roux

Bruno Le RouxÀ force de laisser dire, de laisser commenter, de réagir à des com­mentaires, d’encaisser le choc – régulier, il est vrai – des son­dages, nous les responsables et les élus socialistes en oublions même de mettre en avant notre action et de défendre notre bilan comme si ceux qui nous ont précédés avaient laissé un bon souvenir ! La réalité est pourtant simple, la droite n’avait ni confiance, ni respect pour les collectivités locales, là où nous n’avons pas à rougir de l’action qui est la nôtre dans le contexte que nous connaissons.

La réforme territoriale par exemple, que nous venons de voter à l’Assemblée natio­nale. Depuis combien de temps, parlait-on dans notre pays de renforcer nos régions en en diminuant le nombre pour leur donner la force nécessaire à leur rayonnement ? Grâce à notre initiative et notre action, c’est désor­mais chose faite.

Les collectivités ? Il serait un comble de pré­senter les socialistes comme ennemis des collectivités locales. De tout temps, nous avons promu et organisé la décentralisa­tion. La loi de finances pour 2015 contient de nombreuses mesures en faveur des collec­tivités. L’investissement est encouragé : une dotation d’investissement local est créée ; le taux de remboursement du FCTVA est augmenté. Les bases des valeurs locatives ont été revalorisées. Concernant la mise en oeuvre de la réforme des rythmes scolaires – n’oublions pas que celle-ci est conduite au bénéfice des élèves ! – le fonds d’amorçage a été reconduit. La définition et la mise en oeuvre d’un projet éducatif local sont partout encouragées. Concernant la taxe de séjour, celle-ci est “modernisée” d’une certaine ma­nière, puisque son barème permet de mieux prendre en compte la capacité contributive des redevables. Concernant enfin le Grand Paris, 140 millions supplémentaires sont dé­gagés pour financer les transports en com­mun.

La gauche agit. Son action vise à permettre à la France de recouvrer une part de sa souveraineté menacée hier par l’action des marchés financiers et à mettre en oeuvre un projet de transformation sociale de notre société. C’est ce que nous faisons, à travers l’ensemble des textes que nous examinons à l’Assemblée, que nous enrichissons et que nous votons. Il est temps, me semble-t-il, de dire aux Français ce que nous faisons. Ils at­tendent aussi cela des militants politiques que nous sommes.

Bruno Le Roux, député de la Seine-St-Denis, président du groupe socialiste, républicain et citoyen à l’Assemblée nationale

Cet éditorial est extrait de la lettre des élus socialistes et républicains n°188 du 24 novembre 2014

Abonnez-vous à Communes de France