Une convention pour développer le ferroviaire français à l’international

Le ferroviaire constitue un secteur historiquement primordial pour le France, d’abord comme infrastructure vitale pour la mobilité des personnes (130 millions de voyageurs par an) et pour l’aménagement du territoire (30 000 km de réseau), mais aussi comme secteur industriel clé : le rail représente un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros par an et 21 000 emplois directs.

Conscient de l’importance de cet atout stratégique mais aussi du haut degré de concurrence des marchés à l’international, le gouvernement avait lancé un « Fonds Rail » de 40 millions d’euros en novembre 2013 en partenariat avec BpiFrance et les acteurs structurants de la filière (Alstom Transport, la SNCF, Bombardier Transport et la RATP). Vendredi 21 mars 2014, l’Etat a de nouveau affirmé son volontarisme en matière de compétitivité industrielle : réunis aux côtés de Nicole Bricq, ministre du Commerce Extérieur, Henri Baïssas, Directeur Général Adjoint d’UBIFRANCE, l’Agence française pour le développement international des entreprises et Pierre Mongin, Président de Fer de France, ont signé une convention pour accompagner les entreprises de la filière ferroviaire française dans leur développement international.

L’objectif de cette convention est de renforcer l’image de l’excellence française à l’international, et la visibilité des marchés porteurs pour les acteurs de la filière ferroviaire, afin d’atteindre l’objectif commercial fixé par le gouvernement, à savoir, l’augmentation de 30% des exportations ferroviaires de la France d’ici 2017. La convention contient un certain nombre de dispositifs :

  • L’organisation de pavillons français sur les salons internationaux et de  rencontres professionnelles à l’étranger, sous la forme de rencontres BtoB (missions de découverte de marché, rencontres acheteurs, colloques) permettant aux  entreprises de la filière ferroviaire française de présenter leur offre et savoir-faire  auprès des prescripteurs publics et privés de la filière concernée. Des services  supplémentaires, spécifiques aux entreprises de la filière, pourront être définis de  concert.

  • La création d’un site vitrine de l’offre ferroviaire française à l’export : UBIFRANCE et Fer de France ont développé le site internet www.french-rail-industry.com, en anglais, visant à présenter l’offre française du secteur ferroviaire aux donneurs d’ordre étrangers. Ce site recense la présentation de chaque entreprise,  des exemples de réalisations, la présence française sur les grands salons étrangers. Ce site portail sera partenaire de la démarche VIVAPOLIS, Fer de France devenant  l’un des partenaires majeurs pour le volet « mobilité durable » de l’offre française  dans le domaine de la ville durable.

  • Un accompagnement personnalisé à l’international pour les entreprises de la  filière ferroviaire française, à travers notamment la mise en place d’un plateau technique export. Des ingénieurs d’affaires et chefs de projets techniques ayant une  expérience dans le ferroviaire à l’international seront mis à la disposition des PME.  Ce projet, porté par la Fédération de l’Industrie Ferroviaire, a reçu le soutien du  programme des investissements d’avenir. UBIFRANCE sera associée pour mettre en  relation les entreprises avec les donneurs d’ordre à l’étranger.

  • Promotion des Volontaires Internationaux en Entreprise (VIE) : Fer de France contribuera à la promotion de la formule VIE afin d’accompagner ses  membres dans leur développement à l’international et examinera l’opportunité de  financer des volontaires internationaux en entreprise.

  • Création de « clubs Pays filière ferroviaire »: A l’instar de ce qui se fait dans d’autres filières, comme par exemple dans le domaine  de la santé, Fer de France et UBIFRANCE envisagent de créer ensemble un « club  Pays » dans quelques pays considérés comme stratégiques pour la filière ferroviaire  française. L’objectif est de partager l’information entre pairs sur un territoire donné à  l’occasion de séminaires organisés par le bureau UBIFRANCE dans le pays visé, de définir une stratégie commune sur le marché visé (campagne de communication, actions de présence auprès des grands donneurs d’ordre, etc.) et de faciliter l’accès du marché à de nouveaux entrants. 

Aller plus loin:

Le portail du ministère des Transports

Le projet de loi de réforme ferroviaire fait l’objet d’une note explicative de la FNESR