Ma commune sans pesticides : le guide des solutions

Après avoir enregistré une baisse de 14 % des pesticides utilisés par les collectivités et les jardiniers amateurs, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, a annoncé, le 14 février dernier, de nouveaux objectifs pour atteindre le zéro pesticide. Les mesures de la loi de Transition énergétique et de la loi de protection de la Biodiversité portent leurs fruits. En effet, la France enregistre pour la première fois une baisse de l’utilisation des pesticides par les collectivités. Selon un sondage IFOP réalisé en novembre 2016, 80 % des élus et responsables d’espaces verts sont favorables à l’interdiction des pesticides dans les collectivités locales. Le ministère vient de publier un guide “Ma commune sans pesticide”, il rappelle la réglementation applicable dans les espaces publics et présente les solutions alternatives à l’usage des pesticides ainsi qu’un certain nombre d’initiatives de collectivités pionnières. Afin d’accompagner ces initiatives, Ségolène Royal a rappelé la possibilité pour les territoires de recevoir un appui technique grâce aux chartes locales à objectif “zéro pesticide”. 5 000 communes françaises sont déjà engagées dans des démarches de réduction ou de suppression des pesticides chimiques dans les espaces publics.

La ministre a annoncé le lancement d’une campagne nationale d’information intitulée “Zéro pesticide : c’est mille fois mieux pour ma santé et pour notre planète”, qui sera diffusée dans la presse quotidienne régionale. Ségolène Royal a également fait part de l’ouverture d’une consultation publique sur l’interdiction des produits phytopharmaceutiques contenant des néonicotinoïdes et des semences traitées avec ces produits à partir du 1er septembre 2018.

J B