«Cinq chantiers pour ressouder le pacte républicain», par Nathalie Appéré

Crédit Yann Peucat  Puzzle-Rennes paysage

Crédit Yann Peucat Puzzle-Rennes paysage

Élus, nous sommes aujourd’hui comptables de l’esprit du 11 janvier. Nous avons le devoir de prolonger cette formidable mobilisation citoyenne, en actions concrètes et tangibles, en interrogeant avec lucidité la situation de notre pays.

Comment notre société produit-elle des « égarés de la République » qui peuvent sombrer dans des idéologies de la haine ? Comment des croyances funestes peuvent-elles persuader des enfants perdus que l’égalité républicaine ne sera jamais une promesse tenue ?

Ces questions dépassent, bien sûr, le cadre de nos collectivités. Mais elles interpellent notre action publique. C’est la raison pour laquelle Rennes ouvre cinq chantiers majeurs pour cinq piliers de notre pacte républicain : la laïcité, l’éducation, la lutte contre le racisme et les discriminations, la culture, mais aussi l’emploi et l’insertion.

Je place la laïcité au premier rang car c’est pour elle que notre pays a été attaqué et c’est par elle que nous nous protégerons du fanatisme. Au sein d’un comité consultatif pour la laïcité, les représentants des cultes, des associations philosophiques et éducatives, des experts, des témoins… établiront une liste de recommandations pour qu’elle soit appliquée partout où elle doit l’être, dans nos services publics et en premier lieu, à l’école.

À l’école précisément, nous conforterons notre projet éducatif local, en réorientant les activités que propose la ville vers l’éveil à la liberté de la presse, à la création, à la citoyenneté.

Par ailleurs, pour retracer les lignes rouges, redire les interdits, refuser les amalgames, nous intensifierons avec les acteurs associatifs, et notamment de l’éducation populaire, nos actions de lutte contre le racisme.

Il n’y a pas de citoyenneté vivante sans culture. Lors de nos États généraux de la culture, nous écouterons les créateurs et nous consulterons les passeurs pour sceller un nouveau pacte culturel.

Défendre le vivre-ensemble, c’est enfin s’engager activement dans la bataille de l’emploi, et en particulier en faveur des jeunes. Nos investissements publics doivent davantage bénéficier aux personnes qui reprennent le chemin de l’emploi, par le renforcement des clauses sociales d’insertion.

Ces cinq chantiers seront irrigués par la Fabrique citoyenne de Rennes, une initiative inédite. Budget participatif, interpellation du conseil municipal, votation citoyenne, missions d’expertise… Nous avons l’ambition de refonder notre démocratie locale, pour revivifier le vivre-ensemble.

Nathalie Appéré, maire de Rennes, députée d’Ille-et-Vilaine

Cet éditorial est extrait de la lettre de Communes de France n°197 du 26 janvier 2015

Abonnez-vous à Communes de France