Caractériser le Front national, réaffirmer la République, par Thierry Marchal-Beck

Edito - Thierry Marchal-Beck

Décrypter, mobiliser combattre l’extrême droite, voilà l’ambition des Jeunes Socialistes. L’extrême droite a de multiples facettes mais un visage électoral : celui du Front national. Un visage qui, habillé d’un nouveau vernis, plus rose, plus social, séduit en usant des peurs du chômage, de l’insécurité sociale, de ces employés des territoires périurbains éloignés des centres villes, des services publics, des commerces de proximité, du médecin. Ces jeunes de la Somme ou de Moselle qui peinent à trouver un emploi, ces ouvriers des anciens bassins miniers qui pensent que le politique ne les protège pas. Tout cela alors que la xénophobie était prégnante au sommet de l’État pendant 10 ans de droite, avec les “moutons dans la baignoire”, les “musulmans d’apparence” ou les pains au chocolat”.

 

Notre devoir, caractériser ce qu’ils sont vraiment : contre le remboursement de l’IVG, pour la fin du CDI et la suppression de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, car c’est ce qu’implique la préférence nationale. Ils ne défendent pas le pouvoir d’achat mais doubleront le prix de l’essence en sortant de l’euro. Notre responsabilité, refuser de considérer l’extrême droite comme un acteur républicain, poursuivre la reconquête des employés, des travailleurs, des précaires avec un projet socialiste qui améliore la vie de tous. Les collectivités locales jouent un rôle précieux pour rapprocher les citoyens, protéger tous les jeunes, favoriser leur formation et être des prescripteurs des valeurs de la République. Car la gauche au pouvoir doit être prescripteur, en assenant que ce n’est ni le sang, ni le rang, qui déterminent l’appartenance à la nation, mais l’adhésion aux valeurs de la République.

C’est redonner du sens au mot exemplarité, et appliquer le non-cumul des mandats dès 2014. C’est faire l’égalité en augmentant le salaire minimum et les bas salaires, avec le mariage pour tous, la lutte contre les déserts médicaux, l’attestation de contrôle d’identité.

Il nous faudra parcourir toute la France, tant les centres villes que les territoires périurbains, tant les milieux ruraux que les quartiers populaires. Nous ferons en sorte d’être présents et nombreux là où l’accès des jeunes à la mobilité est le plus faible. Nous travaillerons avec l’ensemble des forces du progrès, avec nos camarades européens, alors que l’extrême droite progresse dans de trop nombreuses villes déjà. Nous démonterons point par point leur programme et ouvrirons notre militantisme à la créativité de chaque territoire. Voilà notre responsabilité et elle est immense.

Thierry Marchal-Beck, président du Mouvement des jeunes socialistes