Bilan de la gauche : du global au local

Jean-Christophe Cambadélis, entouré des présidents des groupes parlementaires PS, Didier Guillaume et Bruno Le Roux, a présenté département par département les chiffres du bilan de la gauche. «Pour qu’un bilan soit bon, il faut rendre visible ce qui est visible, précise le 1er secrétaire du PS. Nous voulons défendre la France sans la défaire et comparer nos réalisations aux projets de la droite». Éducation, service civique, emplois d’avenir, CICE, maisons de santé, maisons de services publics, mariage pour tous, revalorisation du RSA socle… Le Parti socialiste a recensé chiffres à l’appui le “comment ça va mieux”. « Ce bilan est global et nous voulons le défendre pied à pied, explique Didier Guillaume. Dans chaque département, beaucoup de choses ont changé», ajoute le président du groupe socialiste du Sénat, rappelant qu’avant 2012, il n’y avait pas de rentrée des classes sans une manifestation : «La droite a liquidé l’Éducation nationale! La gauche a, elle, créé 60000 postes, alors oui ça va mieux». Didier Guillaume souligne également que le CICE correspond à «la plus grande baisse de charges de la VeRépublique». Le président du groupe socialiste à l’Assemblée, Bruno Le Roux, salue de son côté le travail «utile» fait par le PS, qui permet de mettre des chiffres sur les dispositifs nouveaux. «À partir de chiffres précis, nos militants vont pouvoir redresser la tête et expliquer ce que l’on a fait pour les Français», ajoute Bruno Le Roux. «Je suis prêt à un débat avec les leaders de la droite pour comparer département par département ce que nous avons fait», conclut Jean-Christophe Cambadélis.

B. B.