Congrès de l’AMF : le rendez-vous manqué de N. Sarkozy avec les élus

Le Président Sarkozy a pris la parole ce mardi à l’ouverture du congrès de l’Association

des Maires de France.

Dans une salle soigneusement préparée, il a tenté de justifier sa politique et s’est arc-

bouté sur ses orientations, sans parvenir à convaincre au-delà des fidèles qui avaient été

rassemblés dans la salle.

Alors que nombre de collectivités territoriales subissent de plein fouet, cette année déjà,

les conséquences des choix iniques du gouvernement, alors qu’elles ont été obligées

de procéder à des coupes sombres dans leurs postes de dépenses pour boucler leur

budget, alors que certains départements sont au bord de la cessation de paiement, que

l’investissement et les services publics locaux sont en très grand danger, Monsieur

Sarkozy est venu vanter une politique qui a pour résultat de casser ce qui fonctionne.

Les élus de tous bords ont manifesté leur inquiétude devant les conséquences de cette

politique :

1) Le chamboulement de la fiscalité locale et le gel des dotations financières de l’Etat,

coups de poignard dans les finances territoriales, vont contraindre les collectivités à

réduire leurs investissements et mettre en danger les services publics locaux.

2) La manipulation politicienne, avec la création du Conseiller territorial, machine

à reconquête électorale des territoires pour la droite, qui va entrainer une vraie

régression démocratique.

3) Les mesures de recentralisation, qui vont provoquer la fin de la solidarité entre

territoires avec la suppression de la clause de compétence générale, le brouillage des

niveaux régionaux et départementaux en même temps que l’épaississement du mille-

feuille territorial.

Tout cela dessine une régression territoriale sans précédent, dont les Français risquent

de payer le prix dans les années à venir.

Le Parti socialiste a donc décidé de revenir sur ces mesures de régression. Il s’engage,

dès son accès aux responsabilités nationales, à présenter une réforme territoriale,

concertée et préparée, qui permette l’avènement d’une véritable République

décentralisée.