À Hayange, le maire frontiste fait la chasse aux pauvres

“Le Parti socialiste condamne la décision du maire Front national d’Hayange d’expulser le Secours populaire des locaux qui lui étaient jusqu’à présent mis à disposition. Ce maire veut obliger l’association à cesser ses activités sur la commune au motif qu’elle accueille des personnes réfugiées parmi les 400 familles accompagnées chaque année. L’élu frontiste défend ainsi une vision ethniciste de la société en exigeant de trier les bénéficiaires de la solidarité en fonction de leur seule origine.

Le Secours populaire fait une nouvelle fois l’objet d’une sanction politique à Hayange, le maire ne supportant pas que l’on s’oppose à ces décisions. C’est sa conception toute personnelle d’une démocratie aux ordres, qui depuis longtemps méprise l’opposition municipale, les médias et une bonne partie de la population locale. On évoque déjà la reprise du local par une structure proche du Front national.

Cette mesure est par ailleurs une nouvelle illustration de la politique “pauvrophobe” conduite par les mairies Front national : interdiction de marché de Noël pour le Secours populaire à Hénin-Beaumont, fermeture de l’épicerie solidaire au Luc, augmentation vertigineuse de tarifs de cantine pour les familles les plus pauvres au Pontet et à Villers-Cotterêts… Le Front national, à Hayange comme ailleurs, ne lutte pas contre la pauvreté, il fait la chasse aux pauvres”.

Communiqué de Sarah Proust, secrétaire nationale du PS à la formation, et Elsa Di Meo, secrétaire nationale à la promotion et l’action républicaine, le 30 septembre 2016