Une nouvelle étude pour l’école rurale

Depuis février dernier, le sénateur de l’Ariège, Alain Duran est mandaté par le Premier Ministre pour mener « une mission temporaire ayant pour objet le service public de l’éducation dans les territoires ruraux et de montagnes ». Cette mission se place dans la continuité de la volonté de redonner de l’attractivité à l’école rurale. En mai 2016, Alain Duran avait déjà remis un rapport à la ministre de l’Éducation de l’époque Najat Vallaud-Belkacem, dans lequel le sénateur de l’Ariège dressait un premier bilan positif des conventions ruralité. Il y recommandait l’extension et la pérennisation du projet. L’objectif de ces conventions ruralité est d’améliorer les conditions d’apprentissage pour les élèves et les équipes éducatives qui subissent un réel isolement dans des écoles, notamment lorsqu’il y a peu de classes et souvent à plusieurs niveaux.
Dans la lettre de mission qui vient de lui être remise, il est écrit que « la démarche de contractualisation entre l’État et les collectivités territoriales rurales ou de montagne soit poursuivie et consolidée, afin de créer les conditions d’une amplification de ce dispositif à l’ensemble des territoires pouvant y prétendre d’ici la fin de l’année 2018 ». Pour cette nouvelle mission, Alain Duran va se rendre auprès des acteurs locaux engagés dans les conventions ruralité afin de faire remonter les expériences qui fonctionnent et qui pourront servir de modèle à la mise en place d’autres conventions. Il devra également proposer de nouvelles pistes et s’assurer de leur faisabilité, avec notamment l’ouverture des conventions ruralité au secondaire avec les collèges et les internats ou la prise en compte du bassin de vie dans la redéfinition de la carte scolaire. Le rapport de la mission est attendu en juin 2018.
J. B.