Un rendez-vous démocratique majeur

Pierre CohenAlors que cette campagne de premier tour s’achève, saluons l’ensemble des acteurs qui se sont mobilisés pour la mener : militants, sympathisants, élus ou candidats, tous ont su être présents pour défendre le bilan de nos régions et présenter nos propositions pour le mandat à venir.
La mobilisation du plus grand nombre d’électeurs a été l’un des enjeux majeurs de la campagne menée par les listes socialistes. Rappeler à tous que si voter est un droit, c’est également un devoir. Rappeler que ces élections régionales sont un rendez-vous démocratique majeur, qu’elles constituent un moment où les Françaises et les Français doivent s’exprimer, agir comme citoyen. Rappeler que voter, c’est faire vivre notre démocratie. Que voter, c’est résister.
Cette campagne a été difficile. Elle a évidemment changé de nature après le 13 novembre et les attentats terroristes qu’a connu notre pays. Face à la peur qui s’est emparée des Français, il nous a fallu rappeler l’importance de nos valeurs, la nécessité de préserver la cohésion sociale de notre pays, de ne pas basculer dans l’amalgame, pourtant agité par certains responsables politiques. Nos candidats, qui représentent partout la diversité qui règne dans notre pays, ont su incarner la stature et la recherche de l’intérêt général dont ont besoin nos concitoyens.
Je regrette que l’ensemble des forces de gauche n’ait pas su se rassembler pour aborder ensemble, plus forts, le premier tour de ces élections. Dans la situation politique nouvelle que nous connaissons, avec l’émergence d’un bloc d’extrême-droite puissant, il est plus que jamais nécessaire de se présenter unis dès le premier tour de l’élection. Voir les partis avec lesquels nous avons gouverné les régions pendant 5 ans se présenter seuls, au risque de faire perdre l’ensemble de la gauche, est profondément regrettable. Nous aurions au contraire souhaité les voir défendre, à nos côtés, les mesures de progrès votées au cours du mandat écoulé. Et ce sera tout l’enjeu de la semaine de l’entre-deux-tours : rassembler la gauche, pour battre la droite extrême et l’extrême droite.
Pierre Cohen, président de la FNESR