L’élue de la semaine: Valérie Maupas

Valérie MaupasValérie Maupas est maire adjoint du 14e arrondissement de Paris. Elle est chargée des espaces verts, des parcs et des jardins. Les aires de jeux sans tabac à Paris, c’est elle.

Valérie Maupas est une fille de militant communiste et d’une mère élue sur la liste divers gauche d’Alain Calmat à Livry-Gargan, où elle sera chargée des affaires sociales. Elle a donc grandi dans une famille politisée mais c’est en 1988, qu’elle prend conscience de l’importance du fait politique. «J’ai 18 ans, je suis en classe de terminale au lycée Jean de la Fontaine dans le 16e arrondissement et nous sommes dans une année d’élection présidentielle. Je me rends compte qu’il y a vraiment un clivage gauche/droite dans ma classe. Je penche pour la gauche et j’ai dans ma classe le représentant des jeunes socialistes pour l’ouest de Paris», explique Valérie Maupas. Elle adhère directement au Parti socialiste à la section du 16e arrondissement de la capitale, frustrée de ne pas pouvoir voter, car elle aura 18 ans quelques mois après le scrutin. Elle intègre le courant mitterrandiste. Très active à la section, elle participe aux groupes de travail qui rédigent les textes pour le congrès de l’Arche en 1991. D’ailleurs, elle a pris part à tous les congrès du PS depuis lors.

« C’est rue de Passy que j’ai commencé à tracter et découvert le militantisme. Je retirais une certaine fierté d’être sur une terre de conquête. Nous faisions face à de l’indifférence des habitants du quartier qui ne cherchaient même pas à engager le dialogue ou le débat avec nous», ajoute Valérie Maupas. En 1995, elle migre dans le 6e arrondissement, et là, elle est confrontée à des habitants plus hostiles aux idées socialistes : «C’était parfois violent, on était pris à partie, notamment sur la question des 35heures». La même année, elle participe activement à la campagne de Lyne Cohen-Solal, candidate aux législatives de 1997 pour la circonscription des 5e et 6e arrondissements. Permanente dans l’équipe de campagne, elle s’occupe des relations presse. Puis elle intègre l’équipe de campagne pour les élections régionales de 1998 de Marie-Pierre de la Gontrie, Jean-Paul Huchon et Dominique Strauss-Kahn.

Envie de plus

En 2001, elle franchit le pas de l’élection : «On ne peut pas rester au stade du discours. Je désirais me confronter aux réalités du terrain et sortir de la redondance de l’appareil politique qu’est un parti politique». Mais sa position sur la liste ne lui permet pas d’accéder au conseil d’arrondissement. En 2003, pour des raisons personnelle et militante, Valérie Maupas intègre la section du 14e arrondissement et est élue lors des élections de 2008. Elle est chargée de la petite enfance et des quartiers Pernety et Mouton-Duvernet. «J’ai essayé de faire un mandat plus politique que technique, avec une refonte des critères d’attribution des places en crèche ou avec un accompagnement humain et social», précise Valérie Maupas. Elle participe également à la mise en place des conseils de parents.

Protéger les enfants

Réélue lors des dernières municipales, elle change de délégation et se retrouve chargée des espaces verts, des jardins et des parcs et toujours du quartier Mouton-Duvernet. «Je n’avais pas forcément une fibre écologique très développée, mais prendre cette délégation m’a permis de me mettre à niveau. La végétalisation de l’espace urbain est par ailleurs une des grandes ambitions de la maire de Paris, Anne Hidalgo», confie l’élue. Valérie Maupas est à l’origine d’un changement d’habitudes dans les parcs et les jardins : elle les a rendus non-fumeur. D’abord en testant cette interdiction devant les enfants dans le parc Montsouris situé dans son arrondissement. Puis en l’appliquant à l’ensemble des aires de jeux de la capitale depuis juillet 2015. «La prochaine étape? Que cette interdiction de fumer soit complète pour l’ensemble des parcs et jardins de Paris», conclut Valérie Maupas.

Julien Bossu

Ce portrait est extrait de la lettre n°248 du 6 mars 2016

Abonnez-vous à Communes de France