L’élu de la semaine: Jean-Michel Szatny

JM SZATNYUne vision sur le long terme

Jean-Michel Szatny fait partie de ces élus qui donnent tout pour leur commune. Vice-président de la Communauté d’agglomération du Douaisis, chargé du tourisme, il contribue à métamorphoser sa commune de Dechy

Régulateur SNCF de profession, Jean-Michel Szatny se décide à 23 ans à rejoindre le PS. Fils de mineur issu de l’immigration polonaise, il tient ses convictions de gauche de sa famille mais aussi de l’un de ses professeurs d’histoire de lycée qui lui a fait prendre conscience de l’importance de la chose politique. Son parcours d’élu débute en 1995, lors des municipales. Il figure sur la liste socialiste et entre au conseil municipal. Jean-Michel Szatny devient adjoint chargé des travaux. En 2001, il réitère l’expérience et après la victoire aux municipales de 2008, il se voit proposer la fonction de premier adjoint. Le 13 mai 2009, Jean-Michel Szatny remplace le maire, Jacques Capelle, appelé à d’autres fonctions. «Lors des élections municipales de 2014, nous avons senti que le climat politique avait changé mais grâce à notre implication locale et notre bilan, nous avons été réélus avec presque 59% des voix dès le premier tour», confie Jean-Michel Szatny.

Il a également tenté de ravir un siège au Conseil général, mais en 2011 et 2015, il est contraint de se désister pour un autre candidat de gauche dans le premier cas et de laisser la place au candidat PCF dans un second temps. Ce dernier se retrouvant dans un duel contre l’extrême droite. «C’est un canton de 12 communes et on en apprend beaucoup sur les habitants qui y vivent en le parcourant. Dans le quotidien d’une municipalité, il y a un travail important qui se fait avec le département», précise Jean-Michel Szatny.

Recréer un centre-ville

Dechy est une ville du bassin minier qui a su profiter des aides du département, de la région et de l’État pour se remettre à flot et éviter la mise sous tutelle. Avec plus de 38 % de logements sociaux dans sa ville, Jean-Michel Szatny avait fait de leur rénovation le grand projet de son premier mandat. Aujourd’hui, il transforme le centre-ville, notamment avec l’arrivée du tramway. «Après avoir préempté pendant plusieurs années nous avons pu avoir assez d’espace pour mettre en place la rénovation urbaine. Au départ, ce projet n’a pas été accueilli de façon très favorable par les habitants. Ils avaient seulement retenu la diminution des places de stationnement. Mais en leur expliquant que la réorganisation allait améliorer les accès piétons et favoriser les déplacements à vélo, le projet les a conquis. Toutes les semaines, nous avions des réunions de chantier et dès que nous le pouvions, nous informions les habitants», ajoute le maire.

La commune a aussi acquis du foncier en face de la mairie et des arrêts de tramway afin de recréer un centre de vie. «Nous avons travaillé avec quatre bailleurs pour un projet immobilier de 186 logements individuels et collectifs, ouvert à l’accession à la propriété et au logement social. Sur le niveau du rez-de-chaussée, nous avons 3 cellules commerciales (fleuriste, boulanger, boucher) et surtout un bureau de poste», explique Jean-Michel Szatny. Pour faire face à la baisse des dotations, le maire a décidé de faire le moins possible appel à des prestataires mais plutôt de former directement ses agents municipaux. Ainsi, il a réussi à passer sous la barre des 50 % de dépenses de fonctionnement.

L’élu nordiste tient particulièrement au maintien d’un tissu associatif dense sur sa commune. Il a décidé de ne pas réduire les subventions et prépare le transfert de la maison des associations plus près du nouveau centre-ville. «Nous avons acquis un ancien café de mineurs pour en faire un musée de l’histoire sociale de Dechy. Il reprendra les grands pans de l’histoire de la ville, au temps des mines, à la Résistance ou sur l’immigration», conclut Jean-Michel Szatny.

Julien Bossu

Ce portrait est extrait de la lettre de Communes de France n°215 du 10 juin 2015

Abonnez-vous à Communes de France