Hommage à Bernard Piras

Bernard Piras, figure emblématique du groupe socialiste du Sénat, est mort le 31 janvier à son domicile d’Eymeux à l’âge de 73 ans. Devenu sénateur de la Drôme en 1996 à la mort de Gérard Gaud, il avait été élu en 1998 puis réélu en 2008. Dix-huit années de mandat pendant lesquelles il a participé activement à la vie politique au sein du groupe socialiste au Sénat. Vice-président du groupe, il a participé à l’alternance qui a vu les socialistes prendre la présidence de la Chambre Haute pour la première fois de la Ve République, de 2011 à 2014. Fervent défenseur de l’institution, Bernard Piras y était unanimement apprécié pour sa gentillesse et son franc-parler. Il fourmillait d’anecdotes sur les coulisses du Sénat. Il fut aussi maire de Bourg-lès-Valence de 2001 à 2014.

Ingénieur agricole, il a particulièrement porté la défense du monde rural. Ses amis arméniens se souviendront de son engagement sans faille en faveur de la cause arménienne et de la lutte pour la reconnaissance du génocide. Il a longtemps été président du groupe d’amitié France-Arménie. En 2014, Bernard Piras avait choisi de s’éloigner de la vie publique, considérant qu’il y avait un âge auquel il fallait avoir la sagesse de céder la place à d’autres. De sa vie de sénateur, il avait alors déclaré : « C’est passé très rapidement ». L’ensemble du groupe socialiste et républicain du Sénat, très touché par ce décès, a salué le départ de cet homme « d’une rare qualité humaine ». Le Parti socialiste, rendant hommage à « un homme de bien », a souligné « ses qualités d’écoute et son extraordinaire attention à l’autre, source de nombreuses amitiés. Le souvenir de ses qualités restera longtemps vivace ».

Cette brève est extraite de la lettre de Communes de France n°244 – 245 du 7 février 2016