Didier Vaillant nous a quittés

 Didier Vaillant est décédé le 26 février dernier. Il a succombé à une crise cardiaque à l’âge de 64 ans. Président de la Communauté d’agglomération Val-de-France avant sa fusion avec celle de Roissy Pays de France dont il était 1er vice-président, Didier Vaillant était conseiller municipal de Villiers-le-Bel, ville dont il a été maire de 1997 à 2012

Il a marqué la vie politique locale et départementale. « Gentil », « Engagé », « Un monsieur qui aimait s’occuper des gens », « Dialogue », « Présent sur le terrain », « Il parlait aux habitants et aux commerçants », les qualificatifs ne manquent pas pour caractériser le travail mis en œuvre par celui qui a donné tant d’années de sa vie aux autres. Didier Vaillant avait fait le choix de dédier la sienne à la politique. Fils de Raymond Vaillant, qui a été premier adjoint du maire de Lille du temps de Pierre Mauroy, Didier Vaillant est né à Issy-les-Moulineaux. Avant d’être élu, il a travaillé auprès des ministres de l’Intérieur et de l’Équipement. Il a aussi été le directeur de cabinet de Jean-Yves Le Drian lorsqu’il était secrétaire d’État chargé de la Mer. Son parcours politique débute en 1989 à Villiers-le-Bel, lorsqu’il devient l’un des adjoints au maire de Raymonde Le Texier. Il lui succédera en 1997. Il restera maire jusqu’en 2012 avant de laisser son siège à Jean-Louis Marsac, qui rappelle que « C’était un républicain exigeant. La devise de la république n’était pas pour lui un slogan mais au contraire la matrice de ses nombreux engagements ».
Fait marquant et remarqué de son mandat municipal, sa gestion de la crise des émeutes qui ont embrasé les banlieues françaises et qui avaient commencé suite à un fait divers dans sa ville en novembre 2007. La période des émeutes a été difficile à vivre pour Didier Vaillant, qui évoquait avec émotion le traumatisme du décès de deux jeunes de quinze ans. Partagé entre la compréhension de la colère et la répudiation de la violence, Didier Vaillant n’a cessé de mettre toute son énergie pour panser les blessures et pour de nouveau tisser du lien entre tous les habitants de sa ville.

Fédérer l’est du Val d’Oise
Proche de Dominique Strauss-Khan, il fut son suppléant lors des élections législatives de 2007. En 2006, il était l’un de ses premiers soutiens sur le Val-d’Oise, pour la campagne des primaires et l’investiture socialiste en vu de l’élection présidentielle de 2007. Didier Vaillant lui a d’ailleurs succédé à la tête de la communauté d’agglomération Val de France lorsque ce dernier a pris la tête du FMI. Et déjà en 2007, Didier Vaillant déclarait que l’aménagement du territoire et le développement économique, la lutte contre le chômage allaient être « la priorité des priorités » de Val de France. C’est ce qui l’a conduit à mener une politique en lien avec l’ensemble des institutions, comme l’État, la Région, le Département et les partenaires économiques afin d’agir contre les inégalités sociales et territoriales.

La défense de son territoire
Il était un fervent défenseur de la solidarité entre les villes, et notamment celle de banlieues. Il se démenait pour changer l’image des jeunes hommes et femmes, pour qu’ils ne soient plus considérés « comme un problème mais comme l’avenir de notre territoire. »
En mars 2014, en tant que président de la Communauté d’agglomération Val-de-France, Didier Vaillant a signé le 9e contrat de développement territorial Grand Paris, afin de faciliter le désenclavement de son territoire et la redynamisation de l’économie locale. « C’est un travail de 4 ans qui se concrétise enfin ! Il nous fait entrer directement et concrètement dans le Grand Paris », précisait-il. Didier Vaillant plébiscitait un développement territorial autour de pôles structurants, à l’image du triangle de Gonesse, la zone de la gare de Garges-Sarcelles ou l’Avenue du Parisis. Il s’appuyait sur l’amélioration de la desserte du territoire avec l’arrivée du métro du Grand Paris Express, de la gare du triangle de Gonesse ou de la liaison des lignes D et B du RER. Didier Vaillant restera à la tête de l’agglomération jusqu’à sa fusion au 1er janvier 2016, avec celle de Roissy-Porte de France. Cette dernière, laisse place à une nouvelle grande agglomération qui s’étend sur deux départements et dont Didier Vaillant sera le 1er vice-président, chargé des ressources humaines, de l’administration générale et de la mutualisation. En 2008, Didier Vaillant est élu conseiller général du Val d’Oise. Il le restera jusqu’en 2015.
« Son départ ne peut rien effacer de ce qu’il a été pour nous, de ce qu’il a été pour moi. Il se pourrait bien que nous ayons côtoyé un grand homme », a salué Raymonde Le Texier, lors de l’hommage populaire qui lui a été rendu le 5 mars à Villiers-le-Bel.
Julien Bossu