Couverture mobile : vers un sans-faute peut-être historique ?

Loin des doutes, atermoiements, contradictions et mauvaises nouvelles qui s’enchaînent s’agissant des réseaux fixes, il convient de se réjouir de l’accord obtenu par l’Etat et les opérateurs de téléphonie mobile, avec le soutien des associations de collectivités, au premier rang desquelles l’AVICCA.
En effet, l’AVICCA et 5 autres associations de collectivités avaient exigé, au début de l’été 2017, une refonte de la stratégie nationale de couverture mobile. Les collectivités appelaient ainsi à un changement de paradigme pour trouver des réponses adaptées à notre époque, aux usages, aux exigences des citoyens et des entreprises dont les attentes concernent autant la voix que les données en mobilité et l’Internet des objets. L’AVICCA avait également adressé fin juillet 43 propositions au Gouvernement, dont 5 sur la seule téléphonie mobile.
Quand bien même nous ne connaissons pas tous les détails de l’accord (mais cela ne saurait tarder), de ce que nous en savons, nous pouvons dire : nous avons été entendus ! 4 des 5 propositions que nous avions faites ont été retenues. Ainsi, la notion de zone blanche voix disparaît au profit d’une condition de bonne couverture voix et 4G, qui sera désormais la nouvelle référence. La réalisation en urgence par les opérateurs de la couverture ainsi redéfinie devrait se faire en 3 ans, en doublant au minimum le nombre de sites en secteur rural et de montagne, y compris par l’adjonction d’installations de plus petite taille (small cells).
L’accord prévoit également d’accélérer « la couverture des axes de transport, afin que les principaux axes routiers et ferroviaires soient couverts en 4G  » ; l’AVICCA se réjouit bien évidemment de cette volonté, mais s’interroge sur la limite apportée par la mention « les principaux ».
Enfin, l’AVICCA note que si la volonté de généraliser la couverture téléphonique à l’intérieur des bâtiments, en utilisant notamment la voix sur Wifi, est une avancée positive, une telle solution présente plusieurs limites (encore peu de terminaux adaptés, existence d’une connexion filaire suffisante dans le bâtiment…), elle ne remplacera pas la première des dispositions à prendre qui est et restera la densification du réseau.
Restent des questions, et non des moindres : quelles échéances, sommes-nous bien sur du 100% de l’habitat et des voies de communication, quid des opérations lancées avec le financement des collectivités et de l’Etat ?. Rendez-vous dans quelques jours lorsque nous connaîtrons les détails de cet accord, et en attendant, l’AVICCA répond favorablement à l’annonce du Gouvernement d’associer pour la mise en oeuvre de l’accord les collectivités territoriales, tant pour identifier les besoins de couverture, faciliter le déploiement des nouvelles infrastructures mobiles que pour suivre le respect de l’obligation de bonne couverture, les calendriers et échéances.
Communiqué de l’AVICCA